• Guillaume Tell

    Image associée 

    La légende de Guillaume Tell

     

    Qui n’ aime pas les pommes ?  Moi ! Je ne supporte pas les pommes et j’en mange que très rarement. C'est drôle les coïncidences ! Je vous parle de pomme, et justement, j'ai une anecdote à vous raconter au sujet des fameuses pommes. je suis pourtant d'origine Normande même si je suis née à Paris !

    C'est une légende connue qui a beaucoup ravit les petits à l'époque où l'internet et autres babioles coûteuses pour les parents, n’existait pas. les enfants aiguisaient leur imagination avec la lecture : moi, la belle première.

    la chose dont je vais vous compter l'histoire, s’avère exacte en parlant de ce fameux fruit. Mais lorsque l'on aime pas les pommes, faut-il se forcer ? Et comme disait ma belle-mère qui était avec mon beau père, d’origine Espagnols, eux diraient :" Ça fait Télissia " ( frisson partout ) pour ceux et celles qui ne connaissent pas ce mot.

    Je ne suis pas sûr de l'orthographe, car je croie que c’est du patois espagnol ; mais  je n'en suis pas sûr. Tant pis. (rire) HÉ ! Oui, la peau et la chair de la pomme me fait cette impression, surtout si c'est quelqu'un qui croque juste à côté de moi, cela me faire exactement l'effet d'un morceau de craie sur le tableau noir de mon enfance. Une fourchette qui racle une assiette avec ses piques, me fait également le même effet : au choix. HI!HI!HI ! En m’étendant sur la question, me voici en plein dans une histoire de pomme très connue.

    Qui connaît en entier la légende de Guillaume Tell ?

    Ah ! Pour les pomme ! Je n'aurai pas été copine avec ce monsieur quoi que lui, les mangeait ; mais il s'en servait aussi pour une autre raison :  il devait viser, simplement, en se servant de ce fruit, la tête de son fils qui devaient le faire tenir en équilibre sur le haut de son crane sans bouger : il y allait de sa vie !

    Pas amusant du tout, sans compter qu'à cette époque, il ne valait mieux ne pas avoir besoin des services des médecins qui n'étaient pas très doués quant à leur médecine traditionnelles s'il y avait à intervenir là où, en théorie, l’on s’attendait à ce que la pomme chute pour laisser place à un crane dépourvu de cheveux ou s’imprimait un chemin dégarni : œuvre que la flèche de Guillaume tell aurait dû laissé comme trace sanguinolente sur le pauvre cuire chevelu du jeune garçon qui avait prêté, bien à contre cœur, son bourrichon comme cible. Heureusement que son père ne devait pas louper son coup !

    Si le bon Guillaume Tell avait été obligé d’exécuté cet ordre qui venait du gouverneur (cruel personnage de l’époque), c’est qu’il n’avait pas le choix : il devait montrer son adresse à l’arbalète, étant le meilleur arbalétrier de son canton. Le gouverneur, pour corser la difficulté, avait poussé le vice à exiger que ce soit son fils qui se prête à ce jeux malsain.

    Le bon Guillaume Tell était très malin et ne voulant pas exposer le précieux crane de son fils à la cruauté du gouverneur, trouva une autre astuce si il arrivait malheur à son unique enfant déjà grand.

    A cette époque, la Suisse dépendait encore du Saint Empire romain germanique. Les gouverneurs qui étaient envoyés dans chaque canton suisse pour représenter l'autorité de l'Autriche, étaient de véritables tyrans. Le gouverneur Gessler, n'était pas connu pour sa compréhension et sa grande mansuétude. Déjà, certains des plus courageux des habitants, s'étaient réunis pour fomenter un complot visant directement le gouverneur en jurant de rendre la liberté à leur pays au prix de leur propre vie.

    Tenu au courant du projet contre sa personne par une taupe à son service, le gouverneur Gessler décida de vérifier la loyauté de son peuple. Sur la place publique, il fit hisser son chapeau au bout d'une perche et exigea que chacun saluât à chaque passage son couvre-chef aux couleurs de l'Autriche.

    Personne n'osa braver l'ordre du gouverneur, sauf Guillaume Tell qui passait, comme je vous l’explique plus haut, pour le meilleur arbalétrier du canton. Celui-ci refusa de saluer l'emblème. Il fut arrêté sur le champ et conduit devant le gouverneur Gessler qui décida de ne pas le mettre immédiatement en prison mais de lui lancer un défi. Il ordonna que Guillaume Tell  et une flèche place Walter, son fils, au pied d'un arbre, une pomme sur la tête, fit reculer le père de 100 pas et lui demanda de prouver qu'il était bien le meilleur arbalétrier du canton en transperçant la pomme.

    Dans un premier temps Guillaume refusa de s'exécuter mais fut finalement contraint d'obéir. Guillaume tira et transperça la pomme qui se coupa exactement en son milieu ; mais il avait gardé sous son pourpoint, une seconde flèche qu'il avait décidé de réservé au gouverneur Gessler au cas où son fils fut tué. Lorsque Gessler entendit de la propre bouche de Guillaume à quoi aurait servi la seconde flèche s'il avait loupé son seul fils, il se mit dans une épouvantable colère et ordonna que le père et le fils soient enfermés dans la forteresse de son château ; mais il fallait traverser le lac pour s'y rendre. Le gouverneur Gessler, accompagné de son escorte, embarqua avec les deux prisonniers et ses fidèles lieutenants. dans cette fameuse barque. Durant la traversée un orage éclata. il fut si violent que les bateliers implorèrent l'aide de Guillaume Tell et Gessler ordonna qu'on détacha Guillaume pour qu'il aide à manœuvrer la barque : il était aussi bon arbalétrier que canotier. Pas de chance pour le gouverneur et ses homme qui lui promit même, s'ils arrivaient à bon port, de les libérer, lui et son fils. Guillaume réussit à faire accoster la barque, mais il prit son fils et sauta sur le rivage en repoussant la barque vers le large.

     

    Aujourd'hui encore, ce lieu est nommé le « saut de Tell ». Un peu plus tard, Guillaume Tell tendit une embuscade au gouverneur Gessler et le tua de son arbalète avec la flèche dont il n'avait pas eu besoin lors de sa démonstration sur la tête de son fils. La nouvelle de l´action héroïque de Guillaume Tell se répandit vite dans les villages avoisinants. L´exploit de Tell confirma les habitants dans leur volonté ferme d´acquérir

    l'indépendance et la liberté. Pour certains, cet acte de rébellion mena à la création de la confédération suisse en 1921.

    Malheureusement, Guillaume Tell périt plus tard dans les flots d’une rivière furieuse en voulant sauver un jeune enfant qui était en train de se noyer dans ses eaux tumultueuses.

    Mais ceci n'est qu'une légende ! Qui croit encore à l'histoire de Guillaume Tell de nos jours ? C'est pourtant une histoire vrai : Guillaume Telle à bel et bien existé.

     

    Résultat de recherche d'images pour "Guillaume telle et la pomme image"

    « Le chêne centenaire Blogue en pause... »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Juillet à 09:28

    bonjour

    j'aime bien les pommes, je n'en mange pas souvent mais j'apprécie quand j'en prends

     tout personnage qui a existé amène des legendes sur sa vie,

    il faut faire le tri nous memes, quel boulot !

     


    BON 14 JUILLET 2017

    BON WEEKEND

     

     

      • Jeudi 13 Juillet à 10:37

        Bonjour Philippe,

        Merci d'être passé sur ce blog.

        C'est toujours bien de savoir que certaines légendes ont  un point de vérité ! Petite,  je croyais que Guillaume telle était vraiment une légende !

        Je vous souhaite également un très bon 14 juillet ! Ghis.

    2
    Samedi 15 Juillet à 08:44

    Bonjour Ghislaine

    Ah les histoires de pommes, il ne faut pas y tomber dedans, hihihi

    Un jour en passant sous un arbre une pomme m'est tombé sur la tête Je me suis posé la question suivante:

    Mais pourquoi elle tombe?

    Oh, cela devait être dans une autre réalité, je voyage souvent dans le temps mais en rêve seulement,

    comme quoi, les histoires de pommes font rêver, hihihi

    Amitiés

    Gros bisous

    Jo

      • Samedi 15 Juillet à 10:02

        Bonjour mon cher Jo,

        Oh! Et puis, il y a la fameuse pomme d’Adam que vous portez d'ailleurs toujours sur vous dans votre cou vous, les hommes, hi!hi!hi! Elle ne vous quitte pas ! Eve vous l'à faite bel et bien "bouffer" cette pomme au point qu'elle vous ait resté en travers (de la gorge) ! Ouf !ouf !ouf! Ah ! les femmes ! Elles sont rusées les femmes et savent y faire pour vous faire avaler quelque chose ! Vous n'avez vraiment pas de chances avec elles ! hou!hou!hou! Aller : creuses tes petits neurones de scientifiques pour me coincer quelque part dans mon petit laïus et me clouer le bec comme tu aimes bien le faire ! J'adore !

        Bonne journée mon cher Jo ! Amitié, Ghislaine.

    3
    Samedi 15 Juillet à 14:27

    Coucou Ghislaine ,

    Je connaissais l'histoire de Guillaume Tell ,

    j'avais lu cela dans mon enfance et oui  en ce temps là  il n'existait ni tablettes, ni ordis et les livres étaient le moyen de faire vagabonder l'imagination . 

    Je ne dirais pas que je suis née avec un livre à la main hihihi mais presque ! 

    J'ai bien ri avec l'histoire de Jo  à mon avis il a découvert la gravité le jour ou la pomme lui est tombé sur la tête hihihi 

    Gros bisous et bonne journée 

    Nicole

     

      • Samedi 15 Juillet à 18:13

        Moi aussi je l'avais lu lorsque j'étais enfant. A la remise des prix j'avais beaucoup de livre  : j'étais bonne en pas mal de matière et je finissais l'année avec des prix d'honneur, des prix excellence et des premiers prix. Je faisais rarement une année entière dans la même école toujours à fuir mon père quand je n'étais pas en pension...

        Jo me fait rappeler que nous les femmes, nous ne devrions pas oublier "La pomme d'amour" qui est selon lui la meilleurs.

        J'ai écris sur la pomme d'amour il y a longtemps. Voici le lien si tu veux aller lire le texte.hi!hi!hi!

        Bisous et bon week-end chère Nicole ! Ghis.

         

        Ma petite pomme d'amour

      • Samedi 15 Juillet à 18:17

         

        J'avais oublié de te mettre le lien : le voici.

        http://lamainetlaplume.eklablog.com/ma-petite-pomme-d-amour-a130752734

    4
    Samedi 15 Juillet à 16:19

    Hello Ghislaine

    Si je voulais en rajouter une couche, je dirais qu'il y a la pomme de la discorde. Je n'ai toujours pas digéré la dernière élection présidentiel, c'est un pépin qui a dû se coincer quelque part.

    Pour me venger j'ai mangé une pomme cuite saupoudrée d'un peu de cannelle.

    Celle-ci est bien passée, hihihi

    Mais il ne faut pas oublier mesdames la " Pomme d'amour" c'est la meilleure.

    Amitiés

    Gros bisous

    Jo

     

    5
    Samedi 15 Juillet à 18:58

    Hello Ghislaine

    Merci, je n'en ai pas perdu une bouchée, un vrai régal.

    Gros bisous

    Jo

    6
    Samedi 15 Juillet à 19:13

    Merci Jo !

     J'aime jouer avec les mots ! 

    Ghis.

    7
    Jeudi 20 Juillet à 21:17

    Bonjour Ghislaine

    A toi qui n'a jamais vu le vent je peux te dire que j'ai maintes fois joué avec lui. je peux même te dire le goût qu'il a, ses odeurs nous font penser aux épices rares, ouf......D'avoir pris une pomme sur la tête

    m'a fait délirer un peu. Je ne sais plus où je suis et quand nous sommes. Il est vrai que j'ai une tête d'oiseau avec une cervelle fragile.

    Hé oui madame, je n'ai pas une cervelle d'oiseau, si je tenais l'inventeur de cette expression je crois bien que je lui ferais un sort.

    Je l'embrocherais comme un poulet.....Mais non, ces volatiles sont mes cousins. Je ne déteste que les corbeaux et il y en a un en particulier, il habite un nid qui se nomme l'Elysée je crois.

    L'oiseau rigolard a encore frappé, hihihi

    Gros bisous

    Jo

     

      • Vendredi 21 Juillet à 10:07

        Mon pauvre petit volatile au grand cœur... et aux grandes plumes! HI!HI!HI! Je n'aime pas non plus les corbeaux de n'importe quels bords ! Et parce que l'oiseau est petit,en général, on dit qu'il a une cervelle en proportion avec son corps ? Mais c'est complètement absurde ! L'oiseau à sa mesure, est très intelligent et bien plus que certain humains qui sont très grands et gros et qui n'ont rien dans le citron! A

        Quand au vent : j'aime la brise et il m'a dit un jour...  Ghislaine.

    8
    Dimanche 23 Juillet à 21:01

    Hello Ghislaine

                                                                          Le vent souffle où il veut et personne ne sait d'où il vient.. Lorsque l'on vole et que l'on monte moins vite on a l'impression de descendre. Lorsque tout à coup on descend moins vite on a l'impression de monter. La variation de vitesse verticale nous perturbe. Nos sens nous jouent des tours. Il faut être un oiseau comme moi pour s'en sortir, hihihi

    La relativité se cache parfois là où ne l'on attend pas.

    L'oiseau rigolard a encore frappé, hihihi

    Gros bisous

    Jo

     

    9
    Lundi 7 Août à 13:48

    Bonjour chère Ghislaine superbe article j aime beaucoup,je te souhaite une bonne journée...gros bisous...Pascal

      • Lundi 7 Août à 20:09

        Merci pascal pour ton retour vers moi. Je me faisais du soucis. Gros bisous, ton amie Ghislaine.

    10
    Lundi 28 Août à 20:24

    Bonsoir chère Ghislaine je te souhaite un bon début de semaine et prend bien soin de toi...gros bisous...Pascal 

      • Mardi 29 Août à 11:06

        Merci cher Pascal. Toi aussi prends bien soin de toi !  Gros bisous, Amitié, Ghislaine

    11
    Dimanche 3 Septembre à 18:09

    Bonsoir Ghislaine c est jolie bisous de christina

    12
    Samedi 16 Septembre à 14:17

    cc ma belle j'espere que tu va bien 

    bon week end 

    bisous

      • Samedi 16 Septembre à 16:11

        Non gentille petite fleur de lavande. Ne ne vais pas bien en ce moment : de gros soucis. C'est gentil d'être passée me voir ! Je te fais de gros bisous. Ghislaine. A bientôt !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :